Acustica – Semaine #1

Jeudi 13 novembre 2014

Matthieu Saladin

Cage--Tudor La production auriculaire des arts sonores, entre critique et fétichisme Qu’elle soit qualifiée de « réduite « ,  » ouverte « ,  » profonde « ,  » immersive « , ou tout simplement  » attentive « , l’écoute est la plupart du temps, en pratique comme en théorie, thématisée sous un jour particulier au sein des musiques expérimentales et des arts sonores, invitant l’auditeur à l’expérience d’un rapport renouvelé à la perception du monde sonore. Cette intervention se propose d’aborder quelques-unes de ces différentes formes d’écoute, en considérant leurs formulations discursives comme leurs mises en pratique, et, ce faisant, l’adéquation des unes aux autres. Cette comparaison n’a cependant pas pour but de pointer les écarts, voire les possibles contradictions qui pourraient émerger entre les gestes et les mots, mais souhaite plutôt faire ressortir les enjeux de ces discours et de ces attitudes d’écoute, ce qu’ils produisent dans les pratiques, tout comme les idéologies et les croyances qui les gouvernent. Il apparaîtra que si les déplacements auxquels ces écoutes convient dans l’attention esthétique peuvent engager une position critique, ces dernières peuvent dans le même temps convier au fétichisme d’un phénomène qu’elles participent en partie à produire. Il s’agira, en dernière instance, d’interroger la relation de dépendance pouvant se faire jour entre attitude critique et approche fétichiste. Matthieu Saladin est artiste et musicien, il vit et travaille à Paris. Sa pratique s’inscrit dans une approche conceptuelle de l’art, réfléchissant, à travers un usage récurrent du son, sur la production des espaces, l’histoire des formes et des processus de création, ainsi que sur les rapports entre art et société du point de vue économique et politique. Il est maître de conférences en arts sonores à l’université Paris 8, membre du laboratoire Arts des images et art contemporain (AI-AC) et chercheur associé à l’institut ACTE (université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne, CNRS). Sa recherche théorique porte principalement sur les arts sonores et les musiques expérimentales. Il codirige la collection Ohcetecho aux Presses du réel, participe aux comités de rédaction des revues Volume! et Revue et Corrigée, et est directeur de rédaction de la revue de recherche TACET. IMG_0710