Arthesis – Semaine 4#

Mardi 10 janvier

Aymeric de Tapol

  Aymeric de Tapol est musicien et habite en Belgique. Il est diplômé de l’école des Beaux Art de Toulouse en 2000. A la sortie de l’école (en vélo…), il se dirige vers les musiques électroacoustiques notamment en rencontrant le GMEA de Albi. Sa musique englobe un large spectre de pratiques analogiques et digitales du son continu à la musique concrète, de la prise de son de terrain, l’expérimentation proto techno dub, des petites actions sonores filmées, et des pratiques musicales plus classiques. Pendant l’intervention nous écouterons ses différentes productions. Sa musique est édité sur vinyles, cassettes et formats digitaux par des labels comme, Vlek, Angström record, Tanuki, Lexi disque, A.V.A. _______________________________
Mercredi 11 janvier

Autour de Knud Viktor

Le collectif NightOwl a engagé depuis près de deux ans une activité de recherche et de diffusion autour du travail de Knud Viktor, artiste sonore danois ayant vécu dans le Luberon pendant plus de trente ans. Durant une après-midi, nous vous proposons une exploration de l’œuvre de Knud Viktor, peintre sonore, «geek», plasticien, vidéaste, naturaliste, précurseur de l’écologie sonore (…) Le séminaire sera l’occasion d’un premier patchwork rassemblant une réflexion autour de Knud Viktor de manière «expérimentale», dans un va-et-vient entre les multiples facettes/ casquettes d’Alexandre Galand – docteur en histoire de l’art et spécialiste du field recording –  et le travail de recherche et de diffusion du collectif NightOwl – un fan club -. Un voyage dans les archives et des interventions, des vignettes qui étirent/contemporanéisent la sensiblité éthopoétique « anti-moderne » de Knud Viktor.
Intervenants : Alexandre Galand, Docteur en Histoire, Art et Archéologie, il se passionne pour les rapports qu’entretiennent arts et nature, pour l’histoire et l’actualité de l’anthropocène, pour le cinéma documentaire, et pour le field recording. Il enseigne des choses à de jeunes adultes et voudrait faire preuve de « pessimisme organisé » face aux catastrophes du 21e siècle.Il a publié un ouvrage de référence sur le field recording : « Field Recording. L’usage sonore du monde en 100 albums » aux éditions Le mot et le reste. Olivier Crabbé est formé à la philosophie à l’Université Libre de Bruxelles, à l’ébenesterie, à la prise de son et a participé à de nombreux projets collectifs de recherches et d’interventions comme le Collectif sans tickets, le GREFA (Groupe de Recherche et de Formation Autonome). Il a notamment collaboré à l’écriture du livre «Micropolitique des groupes» avec David Vercauteren et a fait la prise de son du documentaire «La langue de Zara» de Fatima Sissani. Il a co-réalisé les émissions «Boîte à outils» sur le thème de l’écologie politique pour Radio Campus Bruxelles et participe récemment au montage de nombreuses expositions. Julie Michel est diplômée aux beaux-arts de Nantes et a suivi en 2014 le post diplôme Art et création sonore de Bourges. Elle est actuellement artiste associée de l’école. Ses installations intégrant créations sonores, objets imprimés, dessins et vidéos explorent les interactions entre langage, son, environnement, territoire et paysage, humains et non-humains. Elle est co-fondatrice, avec Olivier Crabbé, du collectif NightOwl et crée par ailleurs l’environnement sonore de plusieurs projets chorégraphiques et cinématographiques. juliemichel.orgjuliemichel.org nightowlechoes.org