Laborintus – Semaine #3

Mercredi 8 janvier 14 h 30

Intervention de Pascal Broccolichi

PB

Rencontre et discussion sur la question du son et ses aspects physiques. Seront notamment abordés différents exemples autour de la topographie acoustique des architectures et des objets, de l’étendue des sons dans l’espace, des occurrences entre micro et macro bruits et du silence abstrait. “…… Il existe dans le monde des phénomènes sensibles qui nous entourent mais que nous ne pouvons pas, avec nos seuls sens, avec notre seul appareillage sensorimoteur, c’est-à-dire avec notre constitution de sujet livré à lui-même, repérer. Ces états du monde qui sont là induisent ainsi une absence d’attention de l’individu percevant, une véritable anesthésie de ce dernier. Il faut donc inventer des outils pour pallier techniquement les limites objectives de la perception. Les acquis de la science deviennent, dans une telle perspective, des éléments essentiels intégrables au domaine de la recherche plastique pour ouvrir à l’inaperçu et défaire jusqu’à un certain point les limites de la sensation, les mettre à l’épreuve……” Thierry Davila, extrait d’un texte de la monographie, Pascal Broccolichi – Cartographie de l’inouï, Les presses du réel.

Éléments biographiques Les œuvres de Pascal Broccolichi donnent à écouter au spectateur des phénomènes imperceptibles, un ensemble d’ondes et de vibrations qui révèlent l’activité sismique ou électromagnétique d’un lieu précis. Adoptant une démarche proche de celle du scientifique ou du topographe, il collecte méthodiquement des sons pour tenter de constituer l’archivage d’un espace, pour en faire ressurgir, à l’aide d’un appareillage technique approprié, une mémoire enfouie, un temps aussi immédiat qu’immuable. Le lieu d’exposition devient à la fois le réceptacle de l’œuvre et sa matière première. Il réalise des sculptures-machines, à l’esthétique épurée et technologique, qui fonctionnent comme des volumes autonomes et comme le support de diffusion d’une atmosphère étrange et irréelle. Parallèlement à ces œuvres souvent monumentales, Pascal Broccolichi réalise des séries photographiques de paysages désertiques ou de symboles à la fois abstraits et familiers, dont le procédé d’enregistrement et la logique d’inventaire recoupent son intérêt pour le son. Raphaël Brunel

www.pascalbroccolichi.com