...

Elle est diplômée de l’École supérieure des arts et industries graphiques Estienne (Paris 13e) où elle se forme aux arts graphiques et à la photographie. Elle intègre ensuite une radio associative. 

À travers ses différentes pratiques, elle questionne identités intimes et collectives. Il est souvent question de trace, de collection et de mémoire. Son intérêt pour la radio associative est militant : c’est un espace social collectif, autogéré, en opposition aux médias de masse conventionnels. L’ambivalence médium/média de la radio l’intéresse également. 

Pour le projet qu’elle développe au sein du post-diplôme, elle constitue des mémoires sonores via l’archivage d’un corpus de sons hébergés sur une plateforme numérique interactive. Elle détourne les modèles narratifs et structurels inhérents à l’utilisation normée d’une archive ou d’une plateforme numérique (suppression de la classification, lecture simultanée, aléatoire et interactive) pour produire des agrégats sensibles, mouvants et protéiformes. Cette mémoire se conçoit comme une expérience artistique dans laquelle naissent de nouvelles formes hybrides et émergent des récits alternatifs.